Découverte d’un rare autoportrait de Van Gogh

Van Gogh Autoportrait authentifié

FRANCE CULTURE, “Le Fil Culture”, Antoine Mouteau, Eric Chaverou, 21.01.20 : “Un des rares autoportraits de Van Gogh authentifié”

Une toile peinte à la fin de l’été 1889, alors que l’artiste séjournait dans un asile psychiatrique à Saint-Rémy-de-Provence, est bien un autoportrait de Van Gogh. Le musée Van Gogh et le musée national d’Oslo l’ont officiellement annoncé ce lundi à Amsterdam, après des années de doute.

Des chercheurs et connaisseurs contestaient ouvertement l’authenticité de l’un des rares autoportraits de Van Gogh depuis 1970. L’artiste tourmenté s’était représenté de trois-quarts, la tête inclinée vers le bas, le regard vide, une expression de tristesse sur son visage fermé, le tout dans des teintes sourdes.

Mais finalement, ce tableau acheté en 1910 par le Nasjonalmuseet d’Oslo est bien un vrai. La confirmation a été faite à Amsterdam.

Le célèbre musée dédié à l’artiste néerlandais s’est voulu mystérieux jusqu’au dernier moment. Sans donner de détails, la direction avait invité ce lundi la presse à venir assister à des révélations d’une grande importance sur l’oeuvre de Vincent van Gogh… L’assistance ne comprend ce dont il s’agit que lorsque sur un grand écran s’affiche un autoportrait de l’artiste daté de 1889. Très vite, la langue du conservateur Adriaan Dönzelmann, se délie :

Même si à l’époque, ce tableau a été acheté en tant que van Gogh, il y a eu à un moment donné beaucoup de doutes sur son authenticité.

Cette découverte est le fruit de plusieurs années de travaux entre le musée Van Gogh d’Amsterdam et le musée national d’Oslo. Teio Meedendorp, expert de l’oeuvre du maître, a participé aux recherches.

Les hésitations ont commencé après les années 70. Parce que la date n’était pas très sûre. Il y a des choses de couleur qui ne sont pas de Van Gogh, etc. Des hésitations. On pensait que c’était pas possible que ce soit de Van Gogh, c’était trop faible en fait.

Pendant des années, les quelques rares autoportraits de Van Gogh semblaient bien trop différents de celui-ci, aux couleurs moins éclatantes et au visage craintif. Mais, se basant notamment sur des courriers du peintre à son frère Théo et sur les pigments utilisés, les chercheurs en ont conclu qu’il s’agit bien d’un vrai. Ils estiment que le peintre souffrait alors de psychose, ce qui a beaucoup influencé son oeuvre pendant quelques mois lors de son séjour dans un hôpital de Saint-Rémy-de-Provence. “Pour le moment, il s’agit du seul travail qu’il ait peint alors qu’il souffrait de psychose.” précise le musée d’Amsterdam. L’établissement d’ajouter : “L’autoportrait doit avoir été réalisé peu après le 22 août et a été suivi début septembre par ses deux célèbres autoportraits de 1889, aujourd’hui exposés à la National Gallery of Art de Washington et au Musée d’Orsay à Paris.”

Prêté par le musée national d’Oslo, l’autoportrait est visible au Musée van Gogh d’Amsterdam jusqu’en mai prochain.

Crédit image : Nasjonalmuseet for kunst, arkitektur og design, Oslo