Place de la Concorde : un nouveau lieu d’exposition qatarien ?

Hôtel Marine Qatar

Des négociations en cours pourraient permettre au Qatar de présenter « par roulement », pendant vingt ans, la collection d’art Al-Thani, en échange de 20 M€ apportés à la gestion des travaux du monument, place de la Concorde (VIIIe).

« Le Centre des monuments nationaux et la Fondation Collection Al Thani sont en discussion pour un partenariat concernant l’hôtel de la Marine. D’un commun accord, ils ne souhaitent pas communiquer pendant cette phase de négociation.»  Par ce communiqué, le Centre des monuments nationaux (CMN) – qui gère les plus beaux fleurons du patrimoine national entre l’Arc de triomphe et la Sainte-Chapelle, rien qu’à Paris – confirme un article du Monde de ce vendredi, qui annonce que le Qatar est à la porte de l’ancien garde-meubles royal, commandé par Louis XV au XVIIIe siècle. Un des deux grands palais conçus pour orner l’actuelle place de la Concorde (VIIIe).

Dans les négociations en cours, il s’agirait que le Qatar ait carte blanche pour présenter « par roulement », pendant vingt ans, la collection d’art Al-Thani, du nom de la famille régnante, dans une salle d’expositions de 400 m2. En contrepartie, elle apporterait 20 M€ à la gestion des travaux et du fonctionnement du site.

Une aubaine alors que la facture des travaux en cours avoisine 130 M€ et que l’Etat ne participe qu’à hauteur de 10 M€. Le reste est financé pour 80 M€ par l’emprunt et par le mécénat, qui prend plus d’éclat aujourd’hui. Petit détail, le Centre des monuments nationaux n’a pas hésité à placarder sur sa façade, pendant les 12 mois de sa rénovation, une bâche publicitaire. Une opération désormais achevée, qui a rapporté… 8 M€.

Mais alors que depuis 2010 l’hôtel de Crillon, de l’autre côté de la place de la Concorde, est déjà la propriété de Mutaib Ben Abdallah Ben Abdelaziz Al Saoud, membre de la famille royale saoudienne, l’arrivée du Qatar à l’hôtel de la Marine pourrait faire grincer des dents. Et cela d’autant plus que le pays gazier est déjà propriétaire du PSG, le club de football parisien. Que le Qatar multiplie les acquisitions immobilières dans la capitale avec notamment le palace Royal-Monceau. Les 27 000 m2 de l’ancien Virgin, sur les Champs-Elysées, représente aussi un investissement de poids. Sans parler de l’hôtel de Coislin, rue Royale (VIIIe), ou le fameux hôtel Lambert, sur la pointe de l’Ile Saint-Louis (IVe), déjà sous pavillon qatarien.

Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communiste au Conseil de Paris, est le premier à dénoncer cette opération. « On est en train construire un Paris pour les milliardaires, propriétaires d’un club de foot, de biens immobilier et maintenant d’un fleuron du patrimoine. L’Etat ne peut pas dire qu’il n’a pas les moyens de financer lui-même ces chantiers. Il devrait faire les réformes fiscales qui s’imposent, arrêter les évasions fiscales et les exonérations au patronat ».

Moins politique, Stéphane Bern, qui vient de monter le Loto du patrimoine, se veut plus pragmatique : « Le Qatar finance déjà la restauration de l’escalier du château de Fontainebleau. Ici, à l’hôtel de la Marine, c’est donc aussi justifié ».

Alexandre Gady, président de Sites et Monuments, n’est pas non plus choqué. « Nous avons déjà échappé à un grand barnum commercial qui aurait pu s’implanter ici avec des capitaux privés. Maintenant, le CMN restaure les lieux, le remeuble avec une politique d’acquisition importante et va ouvrir les salons au public… Si Al Thani permet de présenter ici sa collection de bijoux, tout cela me semble cohérent ».

« Si je pensais, en entrant dans ces négociations au nom du CMN, que j’allais trahir mes valeurs, je ne l’aurais pas fait », assure Philippe Bélaval, son président, en assurant que l’affaire pourrait se conclure plus rapidement que prévu.

Le public pourra en juger lui-même en 2020, en découvrant les expositions temporaires, le grand salon d’apparat avec sa loggia ouvrant sur la place de la Concorde, et les appartements XVIIIe restaurés.

Le Parisien, Eric le Mitouard, 07.09.2018 : “Paris : le Qatar à la porte de l’Hôtel de la Marine”

Image : Wikimedia Commons/Moonik