Le Louvre s’expose à Téhéran

Louvre Téhéran

FranceTVinfo/CultureBox/AFP, Stéphane Hilarion, 05.03.2018: “Un condensé du Louvre exposé au Musée National d’Iran à Téhéran”

C’est une exposition exceptionnelle qui ouvrira ses portes au public mardi 6 mars à Téhéran. Le Musée National d’Iran accueille une soixantaine d’œuvres issues des collections du Louvre et du musée Delacroix. C’est la première fois qu’un grand musée occidental offre au public iranien une telle variété de chefs-d’oeuvre. Un évènement culturel mais aussi diplomatique pour les deux pays.

Objectif : “amener le Louvre aux Iraniens”

Un paysage du peintre français Corot, un sphinx égyptien de 2.400 ans, un dessin de Rembrandt ou un buste de l’empereur romain Marc Aurèle : une soixantaine d’œuvres sélectionnées par la direction du Louvre ont été prêtées pour l’occasion. Des œuvres issues des huit départements du Louvre, qui retracent l’histoire de la constitution de ses collections, depuis sa création en 1793 jusqu’aux acquisitions contemporaines.

“L’idée était d’amener en quelque sorte le Louvre aux Iraniens donc on a essayé de faire un choix qui est représentatif de l’ensemble du musée, des huit départements du Louvre – des sculptures, des antiquités, des peintures et sur une chronologie extrêmement large parce que nous présentons également dans la dernière salle des oeuvres d’art contemporain et des oeuvres entrées dans la collection assez récemment”, a déclaré à l’AFP Judith Hénon, une des commissaires de l’exposition.

Seule contrainte pour les commissaires, pas de nus, ni de scènes d’amour, pour ne pas froisser la censure iranienne.

La diplomatie culturelle en marche

Cette exposition inédite, c’est le président iranien Hassan Rohani en personne qui l’a négociée avec François Hollande lors de sa visite officielle en janvier 2016. Après des mois de discussion, un accord de coopération avait été signé en grande pompe entre le Louvre et  et l’ICHHTO, l’organisation iranienne chargée des musées et du patrimoine.

A cause des sanctions occidentales liées au nucléaire iranien, les relations culturelles entre la France et l’Iran avaient été rompues en 2008. Le prêt de ses œuvres à Téhéran formalise la reprise de la coopération entre les deux pays, même si les relations sont de nouveau tendues entre les deux pays, notamment sur la question syrienne. Mais pour le directeur du Musée National, c’est la place de l’Iran sur l’échiquier mondial qui se joue ici : “A ceux qui veulent nous maintenir isolés, nous prouvons aujourd’hui que c’est impossible. L’Iran montre qu’il travaille maintenant avec le monde entier”.

L’exposition, qui doit être inaugurée lundi en présence des ministres des Affaires étrangères français et iranien, Jean-Yves Le Drian et Mohammad Javad Zarif, doit ouvrir ses portes au public mardi au Musée national d’Iran, dans le centre de Téhéran.