Art public et grandes causes

Koons Ballerine assise installations

Difficile de passer à côté des deux installations artistiques exposées depuis quelques jours à New York et à Venise.

Le 12 mai, une ballerine gonflable géante est érigée sur le parvis du Rockefeller Center à New York. Du haut de ses 13 mètres, elle prend la pose et semble tranquillement réajuster un de ses chaussons. La sculpture est la troisième du genre que Koons a installée à cet endroit. Pourtant, cette nouvelle oeuvre revête un caractère particulier. “Seated Ballerina” (Ballerine assise) est un projet visant à faire connaître le “Mois National des Enfants Disparus”, tout comme le “Centre International pour les Enfants Disparus ou Exploités” (ICMEC). Fait peu connu, Jeff Koons est membre du conseil d’administration de ce centre depuis de nombreuses années.

La fabrication de la sculpture a été financée par la marque de cosmétiques Kiehl’s et rendue possible grâce au Art Production Fund. Dans le cadre de cette opération, Kiehl’s a d’ailleurs mis en vente chez Saks Fifth Avenue une édition spéciale de leur “Midnight Recovery Collection”, emballé dans une boite à l’effigie de la sculpture. Et la marque de verser 100% des bénéfices de la vente de cette édition spéciale au ICMEC.

Autre endroit, autre cause, autre artiste. Profitant de la Biennale de Venise, Lorenzo Quinn a fait installer il y a quelques jours sa dernière oeuvre dans la cité lacustre. Deux mains blanches, gigantesques, sortent du canal et soutiennent l’hôtel Ca’Sagredo. Cette spectaculaire installation intitulée “Support” est une prouesse technique, mais aussi un cri d’alarme. Ce sont des mains d’enfant qui soutiennent la Venise en péril du fait des activités humaine. Lorenzo Quinn a d’ailleurs utilisé les mains de ses enfants comme modèles. Il explique l’oeuvre comme un signal d’alerte envers l’état dans lequel le monde va être légué aux prochaines générations.

Venise n’en fera d’ailleurs plus partie. En effet, selon une étude parue en mars dernier, Venise sera partiellement engloutie d’ici à 2100 si rien n’est fait contre le réchauffement climatique.

Pour voir ces deux installations, rendez-vous à New-York d’ici au 2 juin, et jusqu’au 27 novembre à Venise.

Crédit Photo : Spencer Platt/Getty Images