15 Baselitz volés retrouvés

Georg Baselitz au travail

La police allemande vient de mettre la main sur 15 oeuvres de Georg Baselitz et leurs trois voleurs, au terme d’une enquête de quelques années.

Les tableaux et dessins, estimés à une valeur totale de 2.5 millions € ont disparu d’une entreprise de transports des environs de Munich. Entre juin 2015 et mars 2016, ce sont en tout 19 Baselitz qui ont été volés. Quatre doivent encore être localisés.

Le principal coupable, un homme de 39 ans de la région de Düsseldorf, perpétrait les vols. Il remettait ensuite son butin à un père et un fils de Leverkusen qui se chargeaient eux de proposer les oeuvres à la vente. Les criminels étaient tous employés dans la logistique.

C’est lorsqu’une compagnie d’assurances a eu vent d’une tentative de vente à un prix bien en dessous du marché que le pot aux roses a été découvert. Les soupçons se sont avérés fondés, et la police alertée. S’en est suivi une enquête internationale réunissant les polices allemandes, françaises et espagnoles, pour traquer le suspect n.1. Il a été arrêté à son retour sur le sol allemand, le 21 Août dernier. Lui et ses comparses sont en détention provisoire depuis. Ils n’ont jusqu’à présent pas souhaité donner d’explications. Les oeuvres confisquées sont maintenant en sécurité, et la police recherche activement les quatre manquantes, qui ont une valeur collective de 130’000 €.

Des 19 oeuvres, on ne saura rien : ni desquelles il s’agit ni de ce qu’il adviendra d’elles. Georg Baselitz a demandé à la police de garder le silence sur ce point. Baselitz est l’un des artistes allemands les plus cotés sur le marché international. On peut comprendre son souhait de ne pas lever davantage le rideau sur les oeuvres concernées. Selon les informations divulguées par le procureur de Bavière cette semaine, il s’agissait pour partie d’oeuvres peintes par l’artiste mais également d’oeuvres issues de sa collection.

Image : Georg Baselitz dans son atelier. Image tirée du documentaire de Evelyn Schels, “Georg Baselitz”, 2013. @ Alamode Films