Vol du cœur reliquaire d’Anne de Bretagne

reliquaire d'Anne de Bretagne

Presse Océan, 14.04.2018: “Le cœur reliquaire d’Anne de Bretagne volé au musée Dobrée à Nantes”

Ce chef-d’œuvre d’orfèvrerie a été dérobé dans la nuit de vendredi à samedi au musée Dobrée, à Nantes. La police judiciaire a été saisie de l’enquête.

C’était la pièce emblématique du musée Dobrée, la plus connue du grand public.

Le cœur reliquaire d’Anne de Bretagne a été dérobé dans la nuit de vendredi à samedi, au sein du musée Dobrée, à Nantes, où il était exposé, malgré le déclenchement d’une alarme de sécurité. Une statue hindoue dorée et un ensemble de monnaies d’or ont également été volés.

Ces élements faisaient partie de l’exposition « Voyage dans les collections », présentée depuis le 20 mai 2017 et jusqu’au 30 septembre 2018.

Le Conseil Départemental de Loire-Atlantique, propriétaire du musée, a déposé plainte immédiatement.

C’est l’antenne de la police judiciaire de Nantes qui a été saisie de l’enquête.

Ce samedi, le musée Dobrée et le parc attenant ont été fermés au public pour permettre aux policiers de mener sereinement leurs investigations.

L’écrin du cœur dAnne de Bretagne est un objet funéraire dorfèvrerie, fabriqué au début du XVIe siècle. Il mesure une quinzaine de centimètres de hauteur et se compose d’une boîte en forme de cœur, surmontée d’une couronne d’or sur laquelle neuf fleurs de lys alternent avec neuf trèfles.

Reine de France, décédée en 1514, la duchesse Anne de Bretagne savait qu’elle serait inhumée à Saint-Denis. Pour marquer son attachement à la cité de Nantes, elle a voulu que son cœur reposât en sa ville natale dans le tombeau de ses parents, dans l’église des Carmes. Pour ce faire, le cœur fut remis à la ville et l’on fabriqua cet écrin, véritable chef-d’œuvre d’orfèvrerie.

 Philippe Grosvalet, président du Département, condamne fermement ces actes et espère que les pièces dérobées pourront être retrouvées le plus rapidement possible : « Les cambrioleurs s’en sont pris à notre patrimoine commun et notamment à une pièce d’une valeur inestimable. Bien plus qu’un symbole, l’écrin du coeur d’Anne de Bretagne appartient à notre Histoire. La reine Anne, duchesse de Bretagne, avait souhaité que son coeur soit inhumé auprès de ses parents. Sauvé de la fonte après la Révolution, il est conservé au musée Dobrée depuis 1886. »
Le coeur reliquaire d’Anne de Bretagne.